Aller au contenu
Accueil » Course Eiffage du viaduc de Millau : sensation unique

Course Eiffage du viaduc de Millau : sensation unique

« Vous allez voir, la sensation quand on court sur le viaduc est unique ! » Voilà la promesse faite par Eiffage début avril, lors de la conférence de presse de présentation de la course. Ce dimanche 22 mai, dans mon train qui me ramène à Paris, je ne suis pas déçue du voyage.

Course Eiffage du Viaduc de Millau
Viaduc de Millau

La course Eiffage du Viaduc de Millau a en effet la particularité de permettre à plusieurs milliers de coureurs de fouler des 2,5 km du fameux viaduc dans les deux sens, aller et retour. Les deux trajets ont leur intérêt car le point du vue y est totalement différent : d’un côté, la ville de Millau où sont situés départ et arrivée, de l’autre le haut de la vallée avec le Tarn en contrebas. La circulation est exceptionnellement fermée aux voitures pendant quelques heures, une durée calculée pour que les participants de tous niveaux puissent enfiler un dossard.

Départ de la course Eiffage Viaduc de Millau
Départ de la course Eiffage à Millau

Une course sur route avec du dénivelé

La première partie de course – environ 4-5 km – est assez roulante, idéale pour s’échauffer avant d’amorcer la montée en lacets, qui va durer quelques 4 kilomètres. Les premiers SAS courent quasiment tout le long de cette deuxième portion, tandis que les coureurs plus occasionnels se permettent une alternance marche/course voire du 100% marche. Le terrain est facile, sur une route suffisamment large pour ne pas se gêner. On commence assez vite à apercevoir le viaduc, ce qui peut aussi bien motiver … ou faire un peu peur, car il faut monter pour l’atteindre !

Enfin, au bout de 8 km, le premier ravitaillement installé sur l’aire de repos du viaduc est bienvenu : ce n’est pas tant la faim qui tiraille, mais la soif et la chaleur. Une recharge en eau, une douche sur la tête pour se rafraîchir, et on repart en direction du viaduc. Enfin… presque, car le trajet de la course fait ici un petit détour en lacet avant de finalement nous mettre dans le bon axe. Ça y est, on aperçoit les grandes arches blanches et déjà les élites font leur apparition sur l’autre voie. Ils commencent leur descente et nous pouvons les encourager !

Sensible au vertige, j’avais un temps craint de ressentir la peur une fois suspendue au-dessus du vide. Mais la largeur des voies, la présence d’imposants pare-vents sur les côtés et de bénévoles tous les 50m (ou 25m ? ils sont si nombreux !) me rassurent complètement. L’aller, en légère montée, est un peu difficile mais la beauté du site fait oublier les jambes fatiguées. Nous passons la dernière arche, puis faisons demi-tour sous les encouragements de la foule et d’une fanfare tonitruante, le moral est au beau fixe !

Course Eiffage du Viaduc de Millau
Course Eiffage du Viaduc de Millau

Retour brûlant en descente

Le retour sur le viaduc est la bonne surprise. La légère pente nous facilite la tâche et le vent qui semble venir de la droite et légèrement de face nous fait un peu moins ressentir la chaleur. Et pourtant, les températures grimpent, il est 10h30 et nous frôlons déjà les 30°C !

Un 2e ravitaillement à la sortie du viaduc est l’occasion d’un petit coup d’œil sur le kilométrage. La mi course est derrière nous, la descente sera donc plus directe et c’est tant mieux. Effectivement, le retour vers Millau emprunte un autre chemin. D’abord sur une route de campagne qui soulève un peu de poussière mais n’est pas piégeuse et permet de lâcher les chevaux… s’il en reste ! Un ravitaillement supplémentaire en eau a ici été prévu, bonne idée !

On retrouve ensuite le bitume et les Millavois, de plus en plus nombreux pour nous encourager. Mention spéciale pour les habitants qui ont pris la peine de sortir leur tuyau d’arrosage et proposent d’asperger tous les coureurs en « surchauffe » ! La descente se poursuit jusqu’à un kilomètre de l’arrivée. Les finishers sont de plus en plus visibles sur les côtés, reconnaissables par leur démarche et la médaille autour du cou. Deux virages, les neveux surexcités qui nous rejoignent, et c’est l’arrivée… dans le bien nommé Parc de la Victoire !

Course Eiffage du Viaduc de Millau
Course Eiffage du Viaduc de Millau

Quel joli parcours, quelle belle course ! Malgré une météo exceptionnellement chaude, nous terminons en bonne forme. Nous n’avons plus qu’à filer nous tremper dans la Dourbie, affluent du Tarn où se trouvent de nombreuses plages. Le spot le plus proche de l’arrivée est juste après le pont de Cureplat et l’eau glacée est parfaite pour la récup !

Baignade dans la Dourbie, affluent du Tarn à Millau
Baignade dans la Dourbie

Bilan (selon la montre)

23,5 km, 418 D+ en 2h37, une sortie longue supplémentaire de validée dans la préparation de l’été !

La course a été gagnée cette année par deux athlètes ukrainiens : Valentyna Veretska en 1h34min10s chez les femmes et Mykola Mevska en 1h20min32s chez les hommes.

Merci Hélène et Catherine (North Communication) pour les dossards !

Abonne-toi !

Inscris-toi pour être notifié dès qu'un nouvel article est publié.

Nous ne spammons pas et ne communiquons ton adresse à personne 😉

Partage cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Étiquettes: